Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Images Canada : page d'accueil
Élément graphique indiquant les mots Imagerie de la culture canadienne
Élément graphique
À proposTours d'imagesEssais en photosDroits d'auteurPour nous joindrePartenairesRessources pédagogiquesEnglish

Titre de section : Essais en photos Recherche d'images : Affichage
    
Recherche avancée  |  Aide à la recherche
Élément graphique


Célébrations de la Fête du Dominion 1867-1917



Sélection d'images de la Fête du Dominion
www.imagescanada.ca


La fête du Canada au temps de nos ancêtres

Illustration tirée du CANADIAN ILLUSTRATED NEWS montrant une foule en train de regarder une revue présentée par le corps de pompiers de Montréal
Revue présentée par le corps de pompiers de Montréal lors de la journée de la Fête du Dominion, en 1870


Illustration tirée du CANADIAN ILLUSTRATED NEWS montrant des familles en train de manger sous les bosquets lors d'un pique-nique organisé pour marquer la fête du Dominion, en 1871
Scène sous les bosquets. Pique-nique de l'Association des travailleurs lors de la journée de la Fête du Dominion, en 1871


Illustration tirée du CANADIAN ILLUSTRATED NEWS montrant des gens en train de se promener lors d'un pique-nique organisé pour marquer la fête du Dominion, en 1871
La Fête du Dominion. Pique-nique de la Société St. Patrick sur le terrain de monsieur J. Howley, de Montréal, en 1871


Page tirée du CANADIAN ILLUSTRATED NEWS montrant des images de célébrations marquant la fête du Dominion à Toronto, en 1875
Célébrations de la Fête du Dominion à Toronto, en 1875


Couverture du CANADIAN ILLUSTRATED NEWS montrant des images de célébrations marquant la fête du Dominion, en 1880
Célébrations de la Fête du Dominion, en 1880


Photo d'une parade à Calgary, en Alberta, vers 1900
Spectacle à saveur britannique. Parade de la Fête du Dominion à Calgary, en Alberta, vers 1900-1903


Photo d'une foule autour d'un kiosque à musique à Moose Jaw, en Saskatchewan, en 1906
Célébrations du 1er juillet à Moose Jaw, en Saskatchewan, en 1906


Photo d'hommes en train de regarder une course de chevaux lors de la fête du Dominion à Outlook, en Saskatchewan, en 1909
Course attelée qui s'est déroulée lors de la Fête du Dominion à Outlook, en Saskatchewan, en 1909


Carte postale montrant les édifices du Parlement à Ottawa, produite pour marquer l'ouverture du Parlement du Dominion, en 1910
La Fête du Dominion sur la Colline du Parlement, à Ottawa, en Ontario, vers 1910


Photo d'un groupe d'hommes en train de jouer de la musique près d'une cabane en bois rond, en Alberta, en 1911
Les célébrations de la Fête du Dominion à la cabane des frères Holms à Fort Assiniboine, en Alberta, en 1911


Photo d'une équipe de base-ball en uniforme, posant après avoir remporté un match à Foremost, en Alberta, en 1914
L'équipe de baseball qui a remporté la victoire lors de la partie disputée le 1er juillet 1914 à Foremost, en Alberta

 

Que signifie pour vous la fête du Canada? Si vous êtes comme de nombreux autres Canadiens, elle constitue probablement une journée de congé passée à l'extérieur en bonne compagnie. Ce peut être l'occasion de faire un pique-nique ou de participer à un événement sportif. À plusieurs endroits, la journée se termine par un feu d'artifice.

Les choses n'ont pas vraiment changé depuis la première fête du Canada, connue à l'époque comme la Fête du Dominion, célébrée le 1er juillet 1867. On a consigné dans les annales de l'événement que « la journée s'annonça belle et chaude, sous un ciel clair d'un bleu de cobalt et une petite brise qui enlevait son mordant au soleil éclatant (1) » [trad.].

Les Canadiens à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, ont été tirés de leur sommeil par une salve de 21 coups de canon à 4 h du matin. Les gens de Kingston, en Ontario, ont été éveillés à 6 h par les canons de Fort Henry. Les citoyens de Dartmouth et de Halifax, en Nouvelle-Écosse, ont pu dormir jusqu'à 8 h, heure à laquelle les artilleurs volontaires de Halifax ont tiré des coups de canon auxquels ont répondu, de l'autre côté du havre, les canonniers de la brigade navale de Dartmouth. Au Québec, les fidèles ont assisté à une grand-messe célébrée à 8 h à la cathédrale de Trois-Rivières.

Au milieu de la matinée, le carré Victoria et la Place d'Armes à Montréal ont été envahis par des gens venus entendre la Proclamation royale. Ils n'étaient pas les seuls. Les gens se rassemblaient, partout au pays, sur les places du marché, dans les parcs et aux terrains de parade pour entendre la lecture de ce qui suit :

… datée du château de Windsor, le vingt-deuxième jour de Mai, dans l'année de Notre-Seigneur 1867, Sa Très-Gracieuse Majesté a ordonné, déclaré et commandé que le et après le 1er jour de Juillet, 1867, les provinces du Canada [l'Ontario et le Québec], de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick, formeraient et seraient une Puissance sous le nom de Canada; (2).

Après la lecture de la Proclamation, les célébrations populaires ont commencé : parades, sports, jeux et pique-niques.

À Trois-Rivières, on a disputé un match de cricket. On a joué aussi au cricket à Kingston (où les spectateurs pouvaient écouter la musique de la fanfare des Royal Canadian Rifles qui a joué tout l'après-midi sur le terrain de cricket).

Des courses de voiliers et d'outriggers se sont déroulées à Barrie, en Ontario, où l'on a organisé aussi une activité de « poutre de cocagne » : on invitait les participants à marcher sur une poutre graissée de 30 pieds pour aller décrocher un drapeau à l'autre bout -- sans tomber dans les eaux de la baie Kempenfelt!

À Dunville, dans la péninsule de Niagara, les spectateurs ont assisté à des courses sous harnais au tout nouveau circuit de course tout en écoutant la musique des fanfares de Dunville et de Wellandport.

Il y a eu aussi des célébrations simples. Dans plusieurs petits villages et petites villes, il n'y avait ni fanfare, ni piste de course ou ni régates; les gens se réunissaient quand même pour célébrer. Des familles de fermiers se rassemblaient aux champs de foire ou aux terrains de pique-nique, parfois dans un champ ou un pré.

À la tombée du jour, on procédait à des préparations élaborées dans les villes. À Queen's Park, à Toronto, on a suspendu des centaines de lanternes chinoises en papier dans les arbres pour créer une atmosphère de fête. Les gens attendaient avec impatience le feu d'artifice.

Au fil des ans, ces célébrations ont pris de l'ampleur. En 1876, à Burrard Inlet, en Colombie-Britannique, les gagnants des courses de voiliers et de canots, des épreuves de saut en hauteur et en longueur et de nombreuses courses recevaient des prix en argent. Le gagnant du lancer du tronc de pin recevait 5 $, tout comme le gagnant de la course en sac. Chez les garçons, le gagnant de la course sur échasses rentrait chez lui avec 2,50 $ en poche. Ceux qui n'avaient pas peur de se mouiller pouvaient marcher sur le mât de proue d'un bateau pour la jolie somme de 15 $, rouler une bille pour 7,50 $ ou participer à la course de baignoires et courir la chance de remporter 5 $ (3).

Les grandes régates de 1878 à Guelph (Ontario) présentaient un programme d'activités intéressant. La course de brouettes les yeux bandés, offrant un prix de 2 $, a été tout un spectacle. Une parade a parcouru les rues principales de la ville jusqu'aux terrains de l'exposition, où l'on remettait des prix pour « le meilleur costume », « le pire costume », « le costume le plus ridicule » et « le meilleur groupe dans une voiture ». En outre, les réputés « Stars » de Syracuse (New York) et les « Maple Leafs » de Guelph ont disputé une partie de baseball. La journée s'est terminée par un défilé aux flambeaux dans les rues de la ville, suivi d'un « magnifique spectacle de feux d'artifice sur la place publique » couronné d'un gigantesque « feu de joie » (4).

Le tournoi de la Fête du Dominion de 1894 à Bayfield, en Ontario, offrait des divertissements pour tout le monde. Outre la course en sac, la course à trois jambes et la course de brouettes, on avait organisé des courses d'ânes, de poneys, d'attelages de chiens, de chevaux galopeurs et trotteurs, de bicyclettes ainsi qu'une course d'obstacles. Les hommes de 55 ans ou plus pouvaient s'inscrire à la « course des vieillards » et gagner 1,25 $. Le montant de la bourse de 6 $ remise au gagnant du concours de sciage et celui de la bourse de 10 $ remise au gagnant de la course de chevaux trotteurs de un mille semblent indiquer que ces événements étaient les plus populaires (5).

Les célébrations de la Fête du Dominion de 1899 à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, présentaient un programme d'événements vraiment ambitieux. Il comprenait les courses d'aviron et de canots habituelles, mais aussi des compétitions inusitées. Le derby aquatique exigeait que les concurrents pagaient une distance de 100 verges dans un baril. La course de fortune demandait aux participants de couvrir la distance obligatoire de 100 verges dans une embarcation autre qu'un bateau ou un canot. On y a fait également une guerre navale en canot, du tir à la corde (entre équipes à bord d'embarcations à fond plat) et une course de 100 verges dans laquelle les participants devaient s'agenouiller à l'avant d'un canot et pagayer vers l'avant.

Un autre événement sans doute populaire lors de cet après-midi de régates à Saint-Jean a été la course à deux rameurs dans laquelle les participants étaient costumés en hallebardiers, en chevaliers en armure et en fantassins écossais -- évoquant ainsi les origines britanniques de la ville. Le programme de la soirée comportait une balade à bicyclette, des jeux en plein air, des illuminations et un feu d'artifice (6).

On imprimait à l'avance des programmes-souvenirs indiquant l'heure des divers événements sportifs ainsi que les prix en argent offerts au gagnant de chaque activité. On prévoyait souvent un espace dans lequel les spectateurs pouvaient inscrire le nom des heureux gagnants.

Parmi les autres genres de souvenirs de la Fête du Dominion figurait un livret de photographies en noir et blanc comme celui qu'on a émis à St. Catharines, en Ontario, en 1915, « pour appuyer l'effort de guerre et les œuvres de bienfaisance ». Un exemplaire coûtait 15 cents. Les photographies contenues dans ce livret attestent du rôle prépondérant des organismes communautaires dans les célébrations de la fête du Canada. Les pompiers, les guides, la Société protectrice des animaux, le refuge pour enfants, l'orphelinat, la Ligue patriotique et les marchands locaux participaient à un défilé de voitures et de chariots tirés par des chevaux grandement décorés de fleurs (7).

Les célébrations de 1917 à Langley Prairie, en Colombie-Britannique, étaient davantage axées sur les enfants. On y a fait une parade de chars allégoriques montés par des écoles en avant-midi et une partie de baseball. À 13 h 30, les parents se sont rassemblés pour encourager leurs enfants qui participaient à divers événements sportifs. On a présenté une projection de film de 16 h à 18 h, suivie, dans la soirée, d'un spectacle de vaudeville agrémenté de chansons, de pièces musicales et d'un sketch comique. Un grand bal pour les adultes, commençant à 22 h, clôturait cette journée d'activités (8).

Jeunes ou vieux, maintenant comme autrefois, les gens se rassemblent pour célébrer notre fête nationale. Il peut s'agir d'un simple pique-nique dans un endroit paisible ou d'un programme plus organisé culminant dans un spectaculaire feu d'artifice. Quelle que soit leur préférence, les Canadiens perpétuent la tradition instituée dès la première fête du Canada, celle de célébrer dans toute sa plénitude l'anniversaire de notre pays.

Sources

1. Celebrating Dominion Day, Ottawa : Division de la citoyenneté canadienne, Ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration, 1965, p. 15.

2. Célébration de la Fête du Dominion à la Colline du Parlement, Ottawa, mardi 1er juillet 1958, Ottawa : Secrétariat d'État, 1958, p. 6.

3. Dominion Day Celebration at Hastings Mill! Burrard Inlet. On Saturday, July 1st, 1876, [New Westminster (C.-B.?) : s.n.,1876?] ([New Westminster (B.C.)] : Mainland Guardian Print).

4. 1878. Dominion Day Grand Celebration in Guelph. Programme of Sports! [Guelph] : Guelph Mercury Steam Press, [1878].

5. Programme and Prize List of Tournament in Bayfield, on Dominion Day, July 2, '94. [Bayfield (Ont.) : s.l., 1894].

6. Dominion Day Celebration, Saint John, 1899, Official Programme, [Saint-Jean : s.n., 1899].

7. Patriotic Souvenir - Dominion Day, St. Catharines, Canada, 1915, [(St. Catharines (Ont.)] : s.l., 1915.

8. Langley Souvenir Program, 1867-1917, Dominion Day Celebration, Langley Prairie, B.C., July 2nd, 1917, [Langley (C.-B.) : s.l., 1917].

Haut de la page

Élément graphique